Pourquoi le prix de l’immobilier à Toulouse va exploser d’ici 2030 ?

13 février 2024

Depuis 2021, une loi a considérablement restreint le nombre de terrains autorisés à être utilisés pour la construction. Cette restriction, observée dans de nombreuses agglomérations, va aggraver les pénuries de logements et entraîner une augmentation des prix de l’immobilier local.

Dans les années à venir, il est prévu que les terrains disponibles pour la construction deviennent de plus en plus rares, ce qui pourrait entraîner une hausse spectaculaire des prix de l’immobilier dans de nombreuses métropoles. C’est la conclusion tirée par les auteurs d’un rapport publié par le cabinet de conseil en immobilier Arthur Loyd, intitulé «Attractivité & résilience des métropoles Transition des territoires», le lundi 5 février.

Ce rapport se concentre notamment sur l’application de la loi dite de «zéro artificialisation nette (ZAN)» adoptée en 2021. Cette loi impose au pays de réduire de moitié sa consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers entre 2021 et 2030 par rapport à la décennie précédente, avant de parvenir à un solde nul d’artificialisation nette des sols d’ici 2050.

Cette politique nationale se décline au niveau local, obligeant les municipalités à limiter l’expansion de leur emprise territoriale, notamment en restreignant la création de nouveaux terrains constructibles. Cette mesure vise à contrer l’expansion urbaine jugée trop rapide.

Toulouse la ville la plus impactée…

Au cours de la prochaine décennie, de nombreuses municipalités devront néanmoins construire de nouveaux logements, que ce soit pour répondre à la croissance démographique ou pour accompagner l’installation de nouvelles activités économiques et la création d’emplois associés.

Le cabinet Arthur Loyd a identifié les 20 agglomérations les plus susceptibles d’être impactées par cette règle de limitation de l’expansion urbaine. Pour ce faire, il a évalué la quantité de terrains urbanisés entre 2011 et 2020, puis a estimé les besoins en terrains constructibles pour la période 2021-2030 en se basant sur l’évolution démographique et économique de chaque métropole. Enfin, il a comparé ces besoins avec les quotas attribués à chaque métropole pour identifier celles qui risquent le plus de manquer de terrains constructibles.

toulouse

Source : Cabinet Arthur Loyd / Yanport • Réalisé avec Flourish*EPCI : Établissements publics de coopération intercommunale (Communautés d’agglomération, communautés urbaines, métropoles loi MAPTAM, etc.)

Conséquence sur les prix de l’immobilier

Cette analyse permet d’anticiper une pression foncière accrue dans les années à venir dans les agglomérations concernées, ce qui aura pour effet d’augmenter les prix de l’immobilier. En effet, la valeur des terrains locaux influence largement les prix immobiliers. Ainsi, des villes comme Toulouse et Nantes, qui devraient avoir des besoins importants en terrains constructibles, connaissent déjà une augmentation significative des prix de l’immobilier, et cette tendance devrait se poursuivre à moyen terme avec la mise en œuvre de l’objectif de Zéro artificialisation nette des sols.

Facebook LinkedIn Twitter