Prévoir son budget pour l’achat d’un logement neuf ?

27 février 2019

 

Des frais viendront s’ajouter lors de l’achat d’un appartement ancien ou neuf. Mais dans le dernier cas celui-ci ouvre droit à des aides que vous ne soupçonnez sans doute pas. Frais de notaire réduits, charges de copropriété moins élevées, taxe foncière dégrevée, aides à l’accession… Passage en revue des frais à prendre en considération et des aides dont vous pouvez bénéficier.

Passage en revue des frais et des aides dans le neuf.

 

Les frais liés à l’emprunt pour l’achat

 

Malgré des taux de crédit incontestablement bas, et ce pour encore un moment, certains frais liés à la signature d’un crédit subsistent et seront à prendre en compte dans le calcul de votre enveloppe budgétaire.
L’assurance emprunteur, par exemple, souvent imposée par l’organisme bancaire, protège l’acheteur contre les accidents de la vie (invalidité, perte d’emploi, etc.).
Deux choix s’offrent à vous, l’assurance groupe et la délégation. Le premier est un contrat à tarif unique, l’autre est un contrat individuel calculé en fonction de l’emprunteur pouvant faire varier le taux de 0,1 % à 0,9 % en fonction de certaines données (âge, consommation de tabac, antécédents médicaux etc.).
A ces frais s’ajouteront des frais de dossier (habituellement 1 % du montant emprunté), ainsi qu’une garantie (hypothèque ou caution) d’un montant pouvant aller de 1 000 à 3 000 €, protégeant le prêteur d’un défaut de paiements.

 

S’ajoutent ensuite des frais liés à la vie du bien

 

Propriétaire d’un logement dans une résidence neuve, vous payerez des charges de copropriété permettant d’entretenir les parties communes (escalier, ascenseur, jardin…).
Un budget prévisionnel proposé par le syndic est défini au préalable et voté en assemblée générale. Pour parer à l’éventualité de travaux plus importants, un « fonds de travaux », alimenté par une cotisation annuelle des copropriétaires (+ ou – 5 % du budget prévisionnel) a été mis en place depuis le 1er janvier 2017.
Lors d’un achat dans le neuf, les propriétaires sont généralement exonérés de la taxe foncière durant 2 ans suivant le 1er Janvier de l’année d’achèvement des travaux. Mais certaines villes peuvent renoncer à cette exonération. Vous devrez donc vous acquitter partiellement de la taxe.
Enfin, vous devrez également vous acquitter de la taxe d’habitation toujours en vigueur et dont le montant varie.
Bon à savoir ! Les charges de copropriété sont moins élevées pour un logement neuf que pour de l’ancien.

 

Enfin, des frais d’acte, communément appelés frais de notaire

 

Toutes acquisitions, dans le neuf comme dans l’ancien, engendrent des frais de notaire, hantise de nombreux futurs propriétaires. Ils sont toutefois bien moins élevés pour une acquisition d’un logement neuf (2 à 3 %) que dans l’ancien (environ 8 %).
Ces frais constituants des droits de mutation, formalités d’hypothèques et autres taxes redevables à l’Etat non négociables sont retenus sur le montant de la transaction lors de la signature de l’acte définitif. Seulement une partie infime sera reversée au notaire.
Dans certains cas d’offres commerciales, ces frais peuvent être offerts par le promoteur du programme.
Dans d’autres cas, si vous passez par agence, des frais supplémentaires lié à la rémunération de l’agence (commission ou honoraires) s’ajouteront à ceux cités plus haut.

 

Pas d’inquiétude il existe des aides lors d’une acquisition d’un logement neuf !

Dans l’hypothèse d’une acquisition en VEFA pour votre résidence principale, vous bénéficierez peut-être du Prêt à Taux Zéro dans le Neuf.
Jusqu’en décembre 2021 dans les zones tendues (A bis, A et B1) et uniquement jusqu’en décembre 2019 pour les zones B2 et C, ce dispositif est éligible sous conditions de revenus.
Dans ces zones zones B2 et C, la dépense finançable par le prêt est de 20 %, contre 40 % dans les zones dites tendues. Si l’investissement est à but locatif , vous pouvez bénéficier de la loi Pinel,( voir ici ) à savoir une réduction d’impôt croissante (12 % du prix du bien sur 6 ans, 18 % sur 9 ans, 21% sur 9 ans.) si l’achat est réalisé avant le 31 décembre 2021 dans une zone tendue, et avec un engagement de mise en location du logement nu pour une durée définie (6 ou 9 ans, voir 12 ans).
Le montant du loyer sera plafonné mais suivant les villes, se situera finalement au niveau du prix du marché,  et les revenus du locataire inférieurs à un plafond fixé, afin de privilégier les ménages modestes.